The true cost

Je vous ai parlé du documentaire sur le minimalisme l’autre jour, j’ai eu envie aussi de vous partager mon point de vue sur The true cost. J’en avais entendu parlé, je connaissais déjà les conséquences, les enjeux de la fast fashion. Et puis, l’automne est arrivée, un plaid et un thé et j’étais embraquée dans le documentaire ! J’ai aussi lu cet article de La carotte masquée a propos du documentaire et j’aime la synthèse et le format pratique de son article.

Il est grand temps de prendre conscience qu’acheter un tee shirt en boutique de fast fashion pour moins de 5€ coûte quelque part dans le monde beaucoup plus cher : la pollution des eaux, les produits chimiques et toxiques, les droits sociaux, les conditions de travail… Depuis que le drame du Rana Plaza en 2013 (par ici si ça ne te dis rien) les gens ont ouvert les yeux sur les conditions de travail des travailleurs qui fournissent à l’autre bout du monde ce fameux tee shirt qu’on va porter trois fois. Mais ce n’est pas assez pour faire changer les choses et ralentir la frénésie des enseignes de fast fashion.

Je n’ai pas appris grand chose dans ce documentaire car la mode éthique et acheter « moins mais mieux » sont mon quotidien depuis plus de 5 ans. Mais certains passages m’ont choqué :  le lien avec les pesticides des champs de coton avec les cancers des habitants, le fait que les dons en vêtements que l’on fait aux associations ne « sert à rien » puisqu’ils sont tous envoyés dans d’autres pays où ils coûtent en plus des emplois, ou encore lorsqu’une couturière est en train de travailler et que son bébé dort à même le sol près d’elle, le fait qu’une personne sur six dans le mode travaille pour l’industrie de la mode (et dont je fais partie…) alors que c’est la deuxième cause de pollution pour la Planète… Tout ça me fait avancer dans mon cheminement, et m’encourage à continuer dans une direction plus minimaliste et écolo possible.

ça vaut vraiment la peine de le regarder : pour ouvrir son esprit, élargir son point de vue, comprendre avec des chiffres précis, des exemples concrets et pour peut être avoir le déclic et avoir l’intention de mieux consommer pour ses futurs achats. Je ne suis pas parfaite, j’achète encore en fast fashion pour Aria, quelques fois pour moi. Mais j’ai découvert aussi des marques éthiques qui me tiennent à coeur comme Ekyog, Véja, j’achète beaucoup moins et pour la plupart d’occasion. Je pense qu’à l’approche des fêtes de Noël ou on essaye de nous faire croire que n’importe quel objet sera l’idée du siècle, il est important de ne pas perdre de vue qu’on vit tous sur la même Planète et qu’il faut en prendre soin. Ralentir sa surconsommation, réfléchir à deux fois avant d’acheter de manière compulsive, se tourner vers des marques vertes ou du Made In France, chaque geste compte. Acheter c’est voté comme je dis souvent ! Des bisous !

Vous aimerez aussi :

2 Comments on “The true cost”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *