Les semaines confinées #2 (Mon amygdalectomie)

Comment ça, nous ne sommes pas confinés ?! Et bien moi oui ahha Je travaille à l’étranger et ils ont décidé de fermer mon entreprise pour 6 nouvelles semaines. Autant dire qu’on repart sur une nouvelle série d’articles « Les semaines confinées » mais dans celle ci, j’ai envie de parler de mon opération subit en début d’année, une amygdalectomie.

Une amygdalectomie, pourquoi ?

J’ai envie d’en parler ici car j’ai trouvé que peu de récits d’adultes ayant vécu une amygdalectomie. En effet, c’est une opération qui concerne plutôt les enfants, ils s’en remettent plus ou moins difficilement mais ça passe. Pour les adultes, c’est vraiment plus difficile. Et j’aurai aimé pouvoir lire un témoignage quand j’en avais besoin. Mon expérience de cette opération ne vous dispense en aucun cas d’un avis médical, au moindre soucis.

D’abord, pourquoi j’ai du subir une amygdalectomie ? Je faisais des angines blanches à répétition et en mai dernier, une angine est passée à travers les antibiotiques et c’est transformée en phlegmon. J’ai du aller aux urgences, le risque d’une septicémie était trop élevé et j’ai du me faire libérer l’infection à vif au scalpel dans la gorge. ça reste un des pires moments de ma vie, je ne me souviens pas d’avoir autant souffert avant… et pourtant, j’ai accouché sans péridurale ! C’était le deuxième phlegmon de ma vie, c’était trop dangereux. Pour ne pas que cela se reproduise, j’ai du me faire enlever complètement les amygdales.

L’amygdalectomie, en détails

Sur le papier, l’opération est simple. Elle ne dure qu’une trentaine de minutes, et après une nuit en observation à l’hôpital, on rentre à la maison. C’est difficile de manger pendant une semaine mais rien de plus. J’étais prête, je devais me faire opérer en octobre. Malheureusement, à cause de la remontée de cas de Covid-19, mon opération a été repoussé. J’ai eu un appel deux semaines avant la nouvelle date et c’était parti !

En pratique, ça été bien plus difficile pour moi. L’opération s’est super bien passée et le réveil aussi. A l’hôpital, mis à part le fait d’avoir toujours les infirmières qui nous réveillent etc je n’avais pas mal. Avec ma perfusion, les antidouleurs agissaient très vites et je ne souffrais pas. Je pouvais manger des yaourts, des compotes, des glaces (malgré le fait que je déteste ça !) et boire des liquides froids, des laits froids enrichis en vitamines notamment. Après plusieurs vomis au retour de l’anesthésie, c’est rentrer dans l’ordre et j’ai pu me remettre un peu debout. 

On rentre à la maison !

Tout était validé auprès de mon ORL, je suis rentrée chez moi le lendemain de l’opération. J’ai fait une mauvaise réaction aux antidouleurs (vertiges, tachycardie, hallucinations, sueurs), j’ai du m’en passer et faire qu’avec du Doliprane. C’était vraiment pas suffisant et j’ai eu très mal, à chaque déglutition, à chaque gorgée d’eau. Je ne pouvais pas manger et j’observais des fenêtres de 30 minutes toutes les 6 heures, entre chaque prise, ou j’avais moins mal. J’en profitais pour manger au maximum, mais toujours liquide et froid.

A J+3, j’ai du retourner aux urgences en pleine nuit. Une sensation d’impossibilité de respirer m’envahissait et je me réveillais en quintes de toux, celles ci abimaient la cicatrisation. J’avais du sang dans la bouche et qui sortait par le nez. Finalement, avec des bains de bouches pour nettoyer au mieux et un retour vers mon ORL pour surveiller ça de plus près, tout c’est améliorer. J’ai été mise sous Codéine et la j’ai commencé à moins souffrir. J’observais alors des fenêtres sans douleurs de deux heures, ou je me forçais à manger un maximum. J’ai acheté des bouteilles d’eau d’Evian pour voir quelle quantité exactement je buvais par jour, et pour avoir une eau assez saine par rapport à celle du robinet. Quand j’arrivais en fin de bouteille, je rajoutais de l’eau de Quinton pour essayer de me minéraliser au mieux.

A J+5, j’ai commencé les purées mixées tièdes pour reprendre un peu des forces. J’avais perdu 3 kilos en moins d’une semaine. Je dormais énormément, jour et nuit, et le bruit me fatiguait énormément. Impossible de rester devant la télé ou de lire un livre. J’ai commencé les purées avec des textures très lisses, et notamment des pots de bébé bio. J’ai ensuite opté pour les purées déjà prêtes de légumes au rayon frais, de la marque Créaline. J’ajoutais des féculents et un peu de viande, puis je passais tout cela au petit hachoir à oignons. Néanmoins, je ne mangeais toujours pas des quantités d’adultes. Un pot pour bébé me faisait deux repas, la douleur revenait très vite. Le matin, c’était le pire. Parfois je prenais mon antidouleur, je retournais me coucher le temps qu’il fasse effet, puis je me levais pour manger une compote et un Candy Up au chocolat ou un peu de Yop.

A J+7, je souffrais moins et je n’étais plus obligée de mettre mon réveil en pleine nuit pour prendre mon antidouleur. Je continuais mes pots de bébé/purées, et j’étais encore bien fatiguée. J’ai pu enfin manger une purée par repas et même si tout est encore froid/tiède, j’essaye de me trouver d’autres idées pour ne pas tomber dans la monotonie. Contre toutes attentes, moi qui adore cuisiner, je prends plaisir à cuisiner pour les autres quand même, et surtout, à me faire mes petites purées. J’ai pu retrouver le moral avec des mousses au chocolat notamment ! Chaque petit plaisir retrouvé est bon à savourer ahha

A J+10, tout va bien mieux. J’ai repris le sourire et j’ai enfin l’impression de gagner sur cette amygdalectomie ! Il ne faut pas crier victoire trop vite. Je mange encore des purées, plus tièdes que froides. Je mixe encore absolument tout. Mais j’ai réussi à manger une tranche de pain de mie (sans croutes) avec du houmous dessus, ou alors du kiri. J’ai aussi pu manger un Kinder maxi, en le mâchant bien longtemps puis en le laissant fondre sur ma langue ! La révolution est aussi celle des pains au lait, pour le bec sucré que je suis c’était vraiment du baume au coeur. Toujours pas de morceaux, de textures moins lisses ou autre. Mais ça fait déjà beaucoup de bien au moral.

Aujourd’hui, j’écris à presque J+13 et je me dis que c’est vraiment dingue de ne pas avoir de témoignages ou d’aides plus poussées après une telle opération. Mon amygdalectomie m’a mise K.O. Je ne pouvais pas faire 1 kms à pieds pour emmener ma fille à l’école, j’étais essoufflée et je vivais au ralenti pour tout. ça été une longue convalescence et quand je repense à ce que j’ai traversé, je me dis que c’était très douloureux quand même. Heureusement que j’ai été très épaulée par mes proches. Ma Maman est venue vivre une semaine entière chez moi pour pouvoir gérer ma fille et l’école. Et mon chéri a été d’un soutien sans failles également ♥

Edit J+17, j’ai mangé des pâtes en morceaux pour la première fois et j’ai repris le yoga doucement. J’ai toujours des douleurs quand je baille et quand j’éternue. -5 kilos sur la balance, cette opération a été très difficile et j’ai mis vraiment 15 bons jours pour me remettre sur pieds.

Loin du régime alimentaire habituel

J’ai mangé très loin de mon alimentation classique, à savoir 80% de cru et que du fait maison. Mais je n’ai vraiment pas eu le choix de privilégier de l’industriel et créer des déchets pendant cette période. J’ai fait une cure d’homéopathie avant et après anesthésie pour préparer mon corps. Je compte faire une détoxication et cure de jus de légumes (trop de pulpes aux premiers jours du retour) pour enlever le maximum des substances médicales dans mon corps.

J’ai trouvé très dur de ne pas pouvoir apporter de vivant à mon corps pendant cette période, pour avoir l’impression de regagner en énergie. J’ai même remanger de la viande, alors que je n’en consommais plus, pour retrouver un peu de vitalité. Il n’empêche que je vais revenir petit à petit à mon régime hypotoxique habituel, que j’ai mis en place depuis septembre 2018, pour retrouver un corps sain et en pleine santé !

J’espère que mon article aidera quelques personnes en tout cas, prenez soin de vous ! Si vous avez le moindre doute durant votre amygdalectomie, contactez votre ORL ou allez aux urgences. La santé, il n’y a vraiment que ça d’important !

Je vous retrouve prochainement pour le plus gros projet de 2021, que je vous ai annoncé sur Insta ! Et par ici pour de belles choses positives qui m’attendent dans les prochaines semaines ! Des bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *