Forme // Astuces pour randonner avec un enfant

Marcher, c’est la liberté, la délivrance, le silence de la nature, la beauté des arbres, le son des cours d’eau, les animaux. Pour moi, c’est un vrai besoin, d’aller en montagne et profiter de tout cela et peut importe la saison. Pour ma fille, un peu moins. Disons que ça peut vite devenir ennuyant.

Mais je n’ai pas prévu de faire des randonnées sans elle, ni même de faire une croix sur cette activité parce que je suis devenue parent. Des fois je me dis que j’en fais bien assez pour elle (judo, piscine, vélo, anniversaire des copines etc etc) qu’elle peut au moins faire une activité pour moi et avec moi. Donc j’ai cherché des solutions pour lui faire paraître moins long les balades. J’ai vu que plusieurs parents cherchaient des petits tips pour partir en randonnée avec leur enfant, alors voici mes petites astuces : testées et approuvées !

Le choix de la balade

On ne va pas se mentir, partir pour une ascension avec un gros dénivelé et pour une journée entière : c’est déjà voué à la catastrophe. Pour ma fille de bientôt 6 ans, je prévois une randonnée de niveau facile et de maximum 1h30. On essaye de la faire en matinée, comme ça on pique-nique en haut : ça permet de faire une longue pause et de profiter de la vue, de respirer l’air pur. Et je prévois un truc super sympa pour elle l’après midi, ou qu’elle a choisit carrément.

Ce qui donne souvent : on va en montagne le matin, on se fait un bon pique-nique (elle adore pique-niquer en plus !) et on fait des gâteaux/des sablés/des donuts maison l’après midi. Déjà, ça l’emballe plus à partir haha

Avant de partir

Elle prépare son sac de rando : elle prévoit sa gourde isotherme de sirop de grenadine à son nom qu’elle adore et son petit paquet de chips. Elle s’habille comme elle veut, souvent elle part avec son sweat fétiche ultra coloré/à sequins/à paillettes mais peut importe, si ça lui fait plaisir je la laisse faire. Je prépare dans mon sac ma grande gourde isotherme d’eau, le reste du pique nique et quelques petits trésors pour la motiver en chemin ! Histoire de créer un peu de surprise.

De mon côté, je repère déjà la route, pour que le trajet soit le moins long possible et je regarde des photos/commentaires de la randonnée choisie, par d’autres randonneurs, pour être sûre de ne pas avoir de mauvaises surprises, de difficultés d’accès ou autre. Je prépare ma montre connectée (batterie à fond car le froid use plus vite la charge) et je la mets bien en route au départ. De cette façon je sais depuis combien de temps on marche et où est ce que l’on se situe globalement sur la randonnée : au début/au milieu/vers la fin.

Pendant la balade

Alors là, je vais te donner pleins d’astuces que j’utilise pour ne pas démotiver mon enfant. On parle. Déjà on joue aux devinettes (animaux, bonbons ou autre) : l’un imagine un truc, donne des indices dessus et l’autre doit trouver. Elle adore faire ça, pendant des heures entières, ça marche même pendant les trajets voiture d’ailleurs haha ça nous permet de parler, de donner des faits et des corriger des fausses idées : l’autre jour elle me faisait deviner le taureau en me disant qu’il était mort comme les dinosaures. Donc on en a parlé, refait la famille au complet et on a ressuscité l’espèce ni vu ni connu !

Ensuite, elle me raconte ses journées à l’école, ce qu’elle fait avec ces copines, ou encore ce qu’elle aimerait qu’on fasse toutes les deux. Je lui demande aussi de me dire les couleurs qu’elle voit autour d’elle, en anglais bien sûr. On parle aussi des noms des fleurs, des arbres autour de nous. Bref on papote !

Ensuite, je la laisse faire des pauses quand elle veut, que ce soit s’assoir par terre, boire dans sa gourde ou ramasser une feuille. Je suis très strict quant à la sécurité sur la route/sur les parkings/dans les évènements, je veux qu’elle soit prêt de moi et qu’elle ne lâche pas ma main (la peur de la perdre tout simplement…) donc j’essaye un maximum de lâcher prise la dessus en montagne, car il n’y a pas de danger globalement et tant que je la vois, je ne lui demande pas de rester près de moi. Je la laisse s’aventurer et faire ses découvertes, qu’elle est bien contente de mettre dans MON sac après ! ^^ Elle est donc plus libre et savoure cette liberté et cette promenade sans dangers.

Quand je vois qu’elle en a marre, je sors mes petites surprises. La dernière fois, c’était une sucette (bonbon) car j’ai remarqué qu’en parlant beaucoup, elle s’essoufflait. La solution était de proposer la sucette, qui mine de rien lui faire fermer la bouche un petit moment et reprendre un peu mieux son souffle. Sinon c’est une compote à boire, un petit gâteau à manger.

Ma fille adore faire des photos, je la laisse volontiers faire des photos avec mon iPhone pour qu’elle reprenne son rythme et ça lui permet de s’émerveiller tout en faisant une pause. Je la laisse aussi voir les balises du chemin, les pancartes que l’on peut trouver sur notre balade.

Pour les plus grands, j’ai entendu parler de geocaching : un concept très sympa de style chasse au trésors. On monte pour trouver une boîte ou une balise de geocaching etc… J’essayerai quand Aria sera plus grande !

Sac personnalisé Décathlon – Legging HM Conscious – Baskets VEJA kids via Shoes.fr

Après la balade

Prendre le temps de regarder les photos prises, de coller les nouvelles feuilles dans l’herbier qu’elle a choisit. De montrer les trésors ramassés aux grands-parents dès qu’on les voit et se rappeler cette belle balade… pour lui donner envie d’en faire d’autres haha

Après une rando, je lui laisse du temps pour elle avec un livre ou de la musique douce, qu’elle se repose tranquillement. Ensuite, elle vient me chercher pour faire l’activité d’après rando qu’elle avait choisi avant de partir !

Dans tous les cas, il est important de ne pas dégoûter son enfant de la marche, de rester positif et de ne pas s’énerver s’il fait des pauses plus souvent etc. Objectif est de passer un bon moment en famille, pas de monter l’Everest ! Une fois, Aria s’est assise par terre à 5 min du sommet, elle ne voulait plus marcher. On a pique-niqué là et j’ai accepté avec bienveillance que c’était sa limite. Néanmoins, j’étais sûre qu’on n’était pas loin du sommet, notamment grâce à ma montre car je savais qu’il restait vraiment rien. Je l’ai laissé manger et je lui ai dis que le sommet n’était pas loin. Je lui ai proposé d’aller manger notre dessert au sommet. Donc après 40 minutes de pause, on est reparties, remonter environ 500 mètres et juste au dessus de la petite bute, on y était et elle était trop fière ! Elle a pris en photo la panneau d’arrivée et était contente de voir les vaches présentes, de manger son dessert tout en haut. Il faut s’adapter et faire preuve de souplesse. Ce n’est pas parce qu’un enfant est « au bout » qu’il ne voudra pas redémarrer (au contraire, ils se régénèrent vite ahha) et s’il n’en peut plus, accepter que ce sont ses limites à ce moment donné.

Bien sur j’ai félicité ma fille et je lui ai dit que j’étais vraiment très fière d’elle. Je l’ai remercié d’avoir accepté de faire cette activité avec moi et pour la descente, elle voyait certains grands courir. Je l’ai laissé faire pareil sur les zones sans risques et je courrais aussi, on s’est vraiment marré et on a pris du plaisir ! Autant à monter et partager ensemble, qu’à rigoler en descendant.

Voila pour mes petites astuces et pour mes conseils pour partir en randonnée avec un enfant ! N’hésite pas à partager tes idées aussi ! Des bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *